Un recruteur vous demande des références, que dire?

8 entreprises sur 10 vérifient les contacts donnés par un candidat. Qu'en attendent-elles? Qui mentionner? Quelles sont les erreurs à éviter? ..

 

 

 

94% des consultants et chasseurs de tête disent faire systématiquement le contrôle de trois des références données par leurs candidats, indique une étude du cabinet Oasys Consultants*. Ce serait aussi le cas de 80% des entreprises. Bien choisir les noms que vous allez donner est donc indispensable dans un processus de recrutement. 

 

A quoi servent-elles?

La prise de références a deux objectifs pour le recruteur: "S'assurer de la véracité des informations données par le candidat, puis affiner la connaissance de la personne: éléments de caractère, types de réactions dans certaines situations", explique Pierre-Louis Letailleur, associé du cabinet de recrutement Amrop. "Par ce biais, il va vérifier ou valider les intuitions qu'il a eues face à un candidat", complète Isabelle Mounier Kuhn, directrice associée du cabinet Oasys Consultants. 

 

Ce contrôle ne doit pas vous affoler. "Les recruteurs savent bien que personne n'est parfait, souligne Pierre-Louis Letailleur. Si nous cherchons à cerner les limites d'un candidat, c'est pour en donner une image réaliste à l'entreprise qui va l'embaucher." La prise de référence aurait donc le même objectif que les questionnaires de personnalité: vérifier la compatibilité d'un candidat avec le poste, l'entreprise et l'environnement de travail. 

 

Qui choisir?

"Les recruteurs contactent en moyenne trois références, préparez en cinq", suggère Isabelle Mounier Kuhn. Qui mentionner? L'idéal, ce sont les anciens N+1. "C'est ce qui est le plus sécurisant pour le recruteur", précise Pierre-Louis Letailleur. Quand c'est impossible (parce que le candidat est toujours en poste ou parce qu'il est parti en conflit), il faut expliquer pourquoi. Vous pouvez par exemple dire: 'J'ai connu un différend avec mon N+1, dans lequel j'ai ma part de responsabilité...', la transparence est importante pour nourrir le lien de confiance." Il arrive en effet que le recruteur insiste pour pouvoir contacter votre N+1 malgré tout, mieux vaut qu'il soit prévenu d'un problème antérieur... 

 

Vous pouvez aussi choisir un N+2, un collègue, un client, un partenaire, éventuellement un collaborateur... Tout dépend du type de poste en jeu. Un commercial a intérêt à mentionner un client, un expert technique peut citer un autre expert de son domaine. Un jeune diplômé peut donner le contact d'un enseignant... "Toute personne ayant autorité, c'est-à-dire qui a vu le candidat travailler, fonctionner et qui apportera au recruteur un approfondissement de la connaissance de celui-ci et une vérification d'informations", résume Pierre-Louis Letailleur. "Cela peut être aussi le RH, qui pourra parler de la manière dont le candidat se comporte dans l'entreprise", ajoute Isabelle Mounier-Kuhn. 

 

Quand donner les contacts?

"Ne prenez pas l'initiative de donner des noms, conseille Pierre-Louis Letailleur. Proposer des références avant qu'on ne les lui demande met le candidat dans une posture de justification ou suggère un manque d'assurance susceptibles d'inquiéter." 

 

Les recruteurs laissent généralement du temps au candidat pour communiquer sa liste. Mais certains peuvent en demander dès le premier entretien. "Ils vérifient ainsi si on est au clair avec ses relations chez ses anciens employeurs, décode Isabelle Mounier-Kuhn. L'hésitation est alors suspecte. Ayez déjà votre liste prête, dès le premier entretien", suggère-t-elle. "Quand un candidat me parle de lui-même d'une personne avec qui il a travaillé, il m'arrive de lui demander ses coordonnées", dévoile Pierre-Louis Letailleur. Attention donc à n'évoquer que des personnes dont vous êtes sûr qu'elles ne vous nuiront pas si le recruteur les contacte. 

 

Faut-il prévenir les personnes mentionnées?

Oui, par courtoisie, déjà! Il est bienvenu de demander aux contacts que vous donnez s'ils acceptent d'être sollicités. Mais l'enjeu est plus large. "En les appelant, vous avez l'occasion de leur faire un court argumentaire sur votre nouveau poste éventuel, explique Isabelle Mounier Kuhn. Ainsi prévenues, les personnes ne risquent pas de tomber des nues quand le recruteur les appellera, si ce nouveau poste n'est pas le même que celui que vous occupiez auparavant ('Ce n'est pas du tout ce qu'il a fait chez nous!'). Elles auront tous les éléments en main pour argumenter de manière sereine." 

 

Six erreurs qui ne pardonnent pas

  • Ne donner aucune référence d'une société où vous avez travaillé.
  • Ne mentionner aucun hiérarchique.
  • Communiquer le nom d'un hiérarchique avec qui vous avez été en conflit sans le mentionner au recruteur.
  • Donner des références dont vous sentez qu'elles vous seront préjudiciables.
  • Donner des références trop anciennes (au-delà de 8/10 ans).
  • Renvoyer à vos recommandations sur LinkedIn. Les recruteurs risquent de les estimer biaisées. Ils préfèrent poser eux-mêmes leurs questions en direct.

* Etude de février 2014 menée par le cabinet de transition professionnelle Oasys auprès de 120 cabinets de recrutement et chasseurs de tête. 

 

Source : lexpress.fr

Top news emploi

Le recrutement de cadres atteint des niveaux historiques

L’Apec publie sa note de conjoncture trimestrielle qui montre une forte dynamique du marché de l’emploi des cadres ... 


LIRE LA SUITE

Comment bien rédiger sa lettre de motivation 

Si les candidats ont parfois tendance à la délaisser, la lettre de motivation est pourtant un élément encore apprécier des recruteurs…Voici 4 conseils pour taper dans l’œil des RH ! 


LIRE LA SUITE

5 bonnes raisons de postuler en été

Oui, postuler pendant la période estivale est assurément une bonne idée, mais cet été, peut-être plus encore que les autres années …


LIRE LA SUITE
Co-efficience Conseil, est un cabinet de recrutement établi sur Lyon qui intervient dans la recherche et la sélection de candidats dans les domaines de la Finance, du Commerce et de l'Ingenierie. Le cabinet de recrutement Co-efficience est présent sur l'ensemble de la région Rhône Alpes (Lyon, Grenoble, Chambéry, Saint Etienne, Bourg en Bresse, Annecy, Valence…). Le cabinet de recrutement Co-efficience accentue sa croissance et sa présence sur Paris, Nantes, Clermont Ferrand, et le reste de la France.
X