LES RH FACE A L’AVENIR : quels sont les impacts de la crise sanitaire sur la fonction RH, aujourd’hui et demain ?

Comment la crise sanitaire a-t-elle contribué à l’évolution de la fonction RH au sein des entreprises ?  

Partagez

En première ligne depuis plus d’un an, les RH ont dû faire face à de multiples problématiques : le maintien d’un dialogue social, la mise en place du télétravail, l’animation d’une culture d’entreprise ou bien encore la poursuite des projets recrutements.

Nous avons récolté le témoignage de deux responsables RH afin de mieux comprendre les solutions apportées, et recueillir leur vision sur les défis RH à venir !

Isabelle FAUCHET - RH Lustucru Frais et Audrey GUIDEZ - RH Alienor (bureau d’études techniques) et Présidente de l’ANDRH Aquitaine.  

2020 a été une année d’adaptabilité pour beaucoup d’entreprises. D’un point de vue organisationnel, comment avez-vous fait face au contexte sanitaire ?

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Lustucru a été, dès début mars, proactif sur le sujet en mettant en place des protocoles stricts, et dès le confinement la mise en place du télétravail de façon très élargie, au siège et même en usine sur des fonctions support. Le sujet du COVID était suivi quotidiennement via une cellule de crise avec des représentants de tous les services.  Il fallait protéger nos collaborateurs, gérer l’absentéisme tout en servant les clients. Nous nous sentions plus que jamais investis dans la mission de nourrir les français ! Cette cohésion et ce travail en équipe, cette capacité que nous avons déployé à prioriser nos actions, ont été une vraie réussite. Nous sommes des challengers pour beaucoup, il était donc hors de question de ne pas relever les défis qui se présentaient à nous. 

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : 2020 a été une année complexe et inédite. Les DRH ont été les personnes référentes pour l'adaptation à ce changement, pour mettre en place de nouvelles organisations et surtout de l'agilité et réactivité dans les organisations. Il a fallu faire preuve d'anticipation, d'analyse, de prise de risques et surtout d'écoute.  

Comment le télétravail a-t-il été vécu par vos collaborateurs ?

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Le dispositif existait à petite échelle, et le déployer avec une telle envergure a donc été un changement qu’il a fallu accompagner techniquement et managérialement. 

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : Le télétravail n'est pas un sujet nouveau. De nombreuses entreprises avaient déjà un accord télétravail en place, principalement dans les grands groupes ou ETI. Ce ne fut donc qu'une application à plus grande échelle de concept déjà développé. Par contre, certaines ETI, et les TPE-PME n'étaient pas forcément préparées à la mise en place du télétravail. Soit par choix (les dirigeants estimant que cela n'était pas nécessaire pour leur activité), soit par opportunité non apparente jusqu'alors. Il a donc fallu se projeter en mode télétravail alors même que les contours, le contenu, l'organisation n'avaient jusque-là parfois jamais été discuté. Un tsunami pour certaines entreprises qui ont dû s'adapter en un temps éclaire. 

Comment maintenez-vous le dialogue avec les salariés à l'heure actuelle ? Quels outils avez-vous mis en place ?

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Le dialogue a été maintenu sur site ou à distanciel. Pour ce faire nous avons adapté les process et surtout digitalisés des rituels ou évènements pour ne pas les annuler et rendre l’exercice interactif et dynamique. Il a fallu bien sur un temps d’adaptation mais à date nous avons plutôt réussi l’exercice.

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : Télétravail total ou partiel, présence au bureau, situation sanitaire anxiogène... Les salariés ont plus que jamais besoin d'être écoutés et entendus. Le dialogue entre les salariés, et entre les salariés et leur manager est une priorité : ne pas isoler, ne pas se préoccuper. Les managers doivent dialoguer plus qu'avant avec leurs équipes. Cela est nécessaire pour leur bien-être, et de ce fait, pour leur implication et productivité. 

Dans certaines entreprises, des cafés virtuels ont été mis en place, des challenges photos ou vidéos, des temps d'échanges, des formations ludiques... Tout ce qui a permis de rassembler et de créer de la cohésion entre les équipes. Enfin, plus que jamais, il est apparu vital d'avoir des managers formés au management et bienveillants. 

Comment entretenir le collectif et maintenir l’engagement et la productivité des collaborateurs ? 

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Le lien, surtout ne pas le couper... garder les rituels en les adaptant, du café du matin aux réunions de service, des face/face réguliers à notre convention de début d’année, et principalement par la digitalisation des échanges.

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : En créant des moments d'échanges, en gardant le lien, en animant les équipes. Un travail au quotidien pour les managers et une créativité des DRH qui a pu pleinement s'exprimer. 

Y a t'il eut un impact sur les modes de management ? 

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Bien sûr, le management à distance implique : une écoute spécifique, une confiance dans la relation qui peut être différente, des animations de réunion à adapter… et nous avons pour cela rapidement accompagné les managers via des formations. 

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : Oui, les modes de management ont dû s'adapter, tant dans la configuration matérielle que morale. Le salarié se retrouve dans son lieu de vie, le travail s'est invité chez lui. Il a donc fallu prendre en compte les considérations d'espace de vie, l’équilibre de chacun. 

Vos projets recrutement ont-ils été impactés ? Comment les avez-vous adaptés / compensés ?

Isabelle FAUCHET, Lustucru Frais : Nos projets de recrutement n’ont pas été impactés, nous avons poursuivi tous nos process en les adaptant, bien sûr, accordant un maximum de place à des entretiens visio et limitant la venue sur site du candidat, par exemple. 

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : La formation a été un outil bien utilisé. Il a été plus difficile à mettre en place sur le 2è confinement car bon nombre d'entreprises étaient préoccupées par une relance d'activité. 

Les projets de recrutement (hors remplacement) ont été impactés. Soit pour une raison d'intégration et d'accompagnement, soit pour une raison de décalage dans le temps de l'activité ayant suscité la nécessité du recrutement. Certains recrutements sont encore en suspens, les entreprises étant prudentes sur la gestion de leur masse salariale. 

Comment le rôle et les activités RH ont-ils évolué ? 

Isabelle FAUCHET, Lustucru FraisNous avons été quasiment « monosujet » sur cette année 2020. La mise en place des protocoles, la compréhension et l’analyse des évolutions législatives, la communication auprès de nos salariés, managers et élus, etc... ont été les sujets clefs de 2020. 

Nous avons passé beaucoup de temps au téléphone ou le casque « d’ordi » vissé sur la tête ! En 2021, nous allons poursuivre mais, fort de ces appropriations, aussi nous ouvrir à d’autres sujets pour accompagner l’évolution de nos métiers par exemple au sein de nos usines.  

Dans le contexte actuel (crise sanitaire / guerre des talents), comment répondre aux enjeux de recrutement des entreprises ?  

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : Il faut donner du sens, rassurer les candidats mais il faut aussi que les entreprises puissent se projeter dans l'avenir. Il faut donc souvent prendre des risques sur un avenir incertain qu'il faut rendre positif. 

La communication RH peut-elle aider l’entreprise à répondre à ses objectifs de recrutement ? 

Audrey GUIDEZ, Présidente ANDRH Aquitaine : La communication RH est primordiale. Plus que jamais le DRH doit être au cœur de la stratégie de l'entreprise et doit être la pierre angulaire du fonctionnement interne. Les dirigeants doivent travailler quotidiennement avec leur RH afin d'assurer une communication rassurante, motivante et proche de la réalité pour les salariés. 

Pour répondre aux enjeux du contexte sanitaire, économique et social actuel, Audrey Guidez nous dévoile sa perception de l’avenir des RH : « Les entreprises qui s'en sortiront le mieux et qui auront des salariés impliqués & motivés suite à cette crise seront les entreprises qui auront placé l'humain au cœur des débats. Plus que jamais le DRH est celui qui contribuera à la réussite des entreprises aux côtés des Dirigeants. »