LES TENDANCES DU NUMERIQUE AU COEUR DU RECRUTEMENT

Pour faire face à ces nouveaux enjeux numériques, les entreprises tirent profit de stratégies RH innovantes, incluant principalement la digitalisation au sein du processus de recrutement.

Partagez

Considérablement accentuée par la crise sanitaire que nous traversons actuellement, la digitalisation bouleverse certains secteurs, transforme l’organisation des entreprises et bouscule, également, le monde du recrutement.

Pour attirer :

Internet et les réseaux sociaux sont au cœur de la transformation digitale RH, tant pour les recruteurs que les candidats, qui peuvent ainsi s’informer sur leur réseau respectif.  LinkedIn France, le support social le plus utilisé par les professionnels, compte plus de  10,7 millions d’utilisateurs actifs mensuels en 2020, ce qui correspond environ à  64% de la population active. LinkedIn s’adapte à la demande de ses utilisateurs à travers la mise en place de nouveaux modes de communication (bandeaux #open to work, stories, etc.).

Les jobboards se sont eux aussi adaptés aux besoins des entreprises. C’est un outil bien ancré dans le processus de candidature :  96% des candidats et 91% des recruteurs portent un intérêt commun pour les sites Internet d’offres d’emploi. De nouveaux acteurs sont arrivés sur le marché, permettant l’intégration du multimédia au travers de la photo et de la vidéo. Une opportunité pour l’entreprise de communiquer sur ses forces internes : locaux, collaborateurs, valeur, etc.

Pour convertir :

Le chatbot  est un logiciel permettant de dialoguer avec l’utilisateur grâce à des conversations automatisées par une intelligence artificielle. Il améliore l’expérience du candidat en lui apportant une réponse instantanée, personnalisée et adaptée à son besoin. Côté recruteur, il optimisera le temps dédié à la pré-sélection.  69% des utilisateurs préfèrent l’interaction avec des chatbots plutôt qu’un échange humain pour leur rapidité et leur efficacité.

Dans un processus de pré-sélection de candidat, les entretiens vidéo présentent également de nombreux atouts. En effet, l’identification du bon profil est plus rapide grâce aux entretiens téléphoniques ou même encore, par l’utilisation de la vidéo différée. Cette dernière consiste pour le recruteur à rédiger les questions en amont pour le candidat, qui pourra répondre directement en vidéo aux questions posées. Cela permet au recruteur de visionner la vidéo du postulant autant de fois que nécessaire et ainsi l’aider dans sa prise de décision. C’est également un outil de recrutement collaboratif qui permet à toutes les personnes impliquées dans la recherche d’émettre un avis sur le candidat.

Pour fidéliser :

Le numérique a toute sa place dans un processus d’intégration et de fidélisation grâce, notamment, à l’utilisation d'outils intuitifs et connectés.  Fire Tiger, par exemple, est une application qui permet de motiver, stimuler et récompenser les collaborateurs à l’atteinte de leurs objectifs. Elle suit les performances quantitatives et qualitatives à travers un procédé de gamification. Selon  Jonathan Le Duc, co-fondateur de Fire Tiger, « l’application vient renforcer les liens entre les collaborateurs, valorise leur implication et contribue à leur fidélisation. »

Lorsqu’ils sont utilisés à bon escient, les outils digitaux permettent d’aboutir à une plus grande personnalisation de la relation recruteur-candidat. Ils ne viennent pas remplacer l’humain mais vont, au contraire, venir consolider et aider les recruteurs à prendre les meilleures décisions ;  tout en permettant aux candidats de gagner du temps.  Par conséquent, la transition des services RH vers davantage de digital représente un véritable  enjeu  d e croissance dans cette guerre des talents.

  Julie Savy 

Co-Efficience est un cabinet de  conseil RH  qui accompagne les entreprises dans leurs projets de développement à travers le  recrutement de talents, la  formation des équipes, la  communication marque employeur. 

 Suivez toutes nos actualités sur nos différents réseaux sociaux LinkedIn  YouTube   et  Instagram.