“JE NE SUIS PAS CELUI QUE VOUS CROYEZ” (2/2)

Vous êtes-vous déjà questionné sur votre crédibilité professionnelle ? Voici les profils types concernés par le phénomène ainsi que la solution à ce mal des temps modernes.

Partagez

Suite de la partie " JE NE SUIS PAS CELUI QUE VOUS CROYEZ"(1/2)

Portrait robot

Profils type

En soi, tout le monde est potentiellement susceptible d’être touché par le syndrome de l’imposteur et ce, à n’importe quel moment de sa carrière. Et quand bien même les « profils type » divergent selon les auteurs ayant travaillé sur le sujet, il est possible de distinguer une sorte de portrait-robot de l’imposteur.

Sont touchés par le phénomène, les personnes :

  • Soumises à des stéréotypes sociaux
  • Dont le parcours scolaire et professionnel est atypique
  • Dont la culture de l’échec aura été omniprésente durant l’enfance et l’adolescence
  • Dites « introverties », étant donné qu’elles basent leur opinion personnelle sur leur propre ressenti et non pas sur un avis extérieur.
  • Ayant des difficultés à accepter les compliments. Éternels insatisfaits, ces profils remettent toujours leur succès sur le compte de la chance ou d’éléments extérieurs et sont extrêmement perfectionnistes.
  • Qui se dénigrent sans cesse et surestiment, à tort, les compétences d’autrui. Elles minimisent leurs compétences et se comparent constamment aux autres.
  • Dites « anxieuses » à l’idée de se faire démasquer. Elles sont terrorisées par le simple fait d’imaginer que leur entourage découvre leur incompétence.

Le bout du tunnel

Le syndrome de l’imposteur n’est ni un trouble, ni une maladie à proprement parlé, mais peut être un signe avant-coureur d’une dépression ou d’un burn-out, voire d'un burn-out.

De la simple idée noire au doute, jusqu’à atteindre le niveau de la crise d’angoisse, le phénomène peut rapidement prendre de l’ampleur si le sujet ne fait rien pour remédier au problème. Afin de venir à bout de ce tunnel, il est recommandé de faire appel à un psychologue du travail qui pourra vous aiguiller vers le chemin de confiance en soi.

En somme, 4 points sont à retenir pour se reconstruire mentalement et reconnaître ses succès comme il se doit :

  • Soyez fier de vos réussites tout en sachant rester modeste.
  • Acceptez les compliments : c’est bon pour l’estime de soi et dites-vous que ces éloges ne sont pas seulement pour vous faire plaisir !
  • Arrêtez de vous comparer sans cesse et détachez-vous du regard des autres : vous êtes une personne pleine de valeurs, qu’elles plaisent ou non.
  • Ne cherchez pas la perfection : l’échec est un facteur clé pour mieux réussir par la suite. Sachez admettre ne pas être parfait.

Et retenez bien :

La seule manière de ne plus avoir l’impression d’être un imposteur, c’est d’arrêter de penser que vous en êtes un.

Antoine Thomas

Co-Efficience est un cabinet de recrutement basé à Lyon et Paris spécialisé dans les métiers du commerce, de l’ingénierie et de la finance : « Le recrutement autrement ». Suivez toutes nos actualités sur nos différents réseaux sociaux LinkedIn, YouTube et Instagram.