TOP 3 DES IDÉES REÇUES SUR LE RECRUTEMENT

" Recruter, tout le monde peut le faire ! "Ah bon ? Voici le top 3 des idées reçues sur le recrutement, celles que l'on entend à longueur d'année ...

Partagez

1-  « Tout le monde peut recruter ! »

Encore aujourd’hui, bon nombre de personnes dénigrent la fonction du recruteur en assurant qu’il est simple de recruter jusqu’à même affirmer que « tout le monde peut le faire ». Et pourtant, Chargé (ou Consultant) de Recrutement est un métier à part entière et nécessite, comme tout autre métier, un apprentissage. Au cours de cette formation, le néo-recruteur apprend à poser les bonnes questions au bon moment, à évaluer le candidat sous toutes ses coutures, à mener un entretien comme il se doit … En d’autres termes, il acquiert de nouvelles compétences comme « cibler, trouver, évaluer, comprendre, convaincre » etc. Et puis, à force du temps et de recrutements menés, il gagne en expérience : il va plus vite dans le sourcing, il pose des questions plus pertinentes aux candidats et il esquive avec brio les erreurs du débutant. Autrement dit, il devient expert dans son domaine. Alors n’oubliez pas : le recruteur est le plus-à-même de comprendre votre job et de vous trouver le poste qui correspond à vos besoins. De plus, il vous évitera de rater votre recrutement pour cause de manque d’évaluation et d’expertise et par la même occasion, de perdre du temps, de l’argent et de l’énergie. Alors, convaincu ?

2 – « Il est possible de se faire une idée du candidat au bout de 30 secondes »

Il n’est pas sans dire que les premières secondes comptent : elles vont donner quelques éléments de la personnalité du candidat au recruteur. Une main molle, un regard fuyant, des propos peu structurés, ou encore, une tenue non adéquate, ne jouent pas en la faveur du collaborateur potentiel. Et c’est humain, on a tendance à juger les personnes dès qu’on les voit. Toutefois, un « bon » recruteur ne s’arrête pas aux 30 premières secondes. Si le candidat est stressé, c’est à lui de le mettre à l’aise pour que le prétendant au poste puisse démontrer le meilleur de lui-même. De surcroît, si les propos du candidat sont brouillons, c’est au recruteur de le remettre sur le droit chemin en posant des questions précises qui permettront au futur collaborateur de se mettre en avant. Le « parfait recruteur » essayera toujours de mener l’entretien dans le but de tirer le meilleur du candidat.

3- « Il suffit juste de recruter le même profil que la personne précédente »

Alors oui, de base, on pourrait penser « qu’on ne change pas une équipe qui gagne » : un collaborateur qui est performant doit être remplacé par une personne ayant des similitudes aux niveaux des soft skills et hard skills. Mais c’est justement là que le cliché pose problème : bon nombre de variables entrent en jeu et viennent casser le stéréotype. Le recruteur devra prendre en compte des facteurs tels que le niveau de formation du futur collaborateur, les missions qu’il a effectué dans ses expériences professionnelles ultérieures, son potentiel, sa façon de travailler en équipe etc. En bref, il n’existe pas d’homologues parfaits. A trop vouloir chercher le « jumeau », vous risqueriez de passer à côté d’un profil peut être plus atypique mais tout aussi performant et surtout, avec de nouvelles compétences auxquelles vous n’auriez pensé. Alors recrutez surtout en fonction du contexte, et non par rapport au dernier occupant du poste !